2016 - 2) Artistes invités (M à V)

Aigo de luz par Micham : Peintures (aquarelles, techniques mixtes) et photomontages sur plexiglas. Croquis de personnages sur plexiglas.

Aigo de luz par Micham : Peintures (aquarelles, techniques mixtes) et photomontages sur plexiglas. Croquis de personnages sur plexiglas.

 

"Cette installation a, comme point de départ, une série d’aquarelles et de photographies réalisées in situ, au bord des rivières des Corbières (le Lauquet, l’Orbieu, le Terminet). Les éléments naturels utilisés (terre, végétaux, cailloux) ont été récoltés sur place.

 

Réflexion et articulation entre ce qui est vu et ce que l’on donne à voir. Recherche de la transparence, du mouvement, des effets changeants. Superpositions de plusieurs instants." Micham.

----------------

Photos numériques d'Emmanuel Malifaud présentées isolement sur plexiglas ou réorganisées en damier sur des panneaux de plus grandes dimensions.

Photos numériques d'Emmanuel Malifaud présentées isolement sur plexiglas ou réorganisées en damier sur des panneaux de plus grandes dimensions.

"La série que je vous propose est intitulée “reflets d’ombres”. Les prises de vues ont été réalisées au bord des rivières des Corbières et jouent sur la fluidité, la transparence, la brillance de l’eau.
Sur chaque photo, ce qu’on voit du sujet n’est pas le personnage lui-même, mais son ombre portée, plus ou moins déformée et son reflet liquide, plus ou moins brouillé par les mouvements de l’eau. J’utilise aussi beaucoup le contre-jour. Cela donne des images un peu irréelles, fantomatiques et, du moins je l’espère, poétiques. On peut les comprendre de diverses façons et elles tirent même parfois vers l’abstraction.
Plus généralement, il s’agit d’une réflexion sur l’apparence et ce qu’elle révèle de la réalité, comme dans le mythe platonicien de la caverne.
Il n’y a aucune superposition de plusieurs images, pas de trucage ni de déformation artificielle. C’est la prise de vue brute, simplement légèrement recadrée." Emmanuel Malifaud.

----------------

2016 - 2) Artistes invités (M à V)2016 - 2) Artistes invités (M à V)
Gravures à l'eau-forte, linogravures et livres d'artistes

Gravures à l'eau-forte, linogravures et livres d'artistes

"Je creuse une matière ( cuivre, zinc, linoléum) pour fabriquer la matrice. De celle-ci, nourrie d’encre, vont naître par impression de fragiles estampes de papier. Y sont piégées pensées fugaces, associations d’idées, images rêvées et autres menus délires. Finalement, les petits livres, bout à bout de fragments d’estampes, en constituent la mémoire." Michèle Morvan

----------------

2016 - 2) Artistes invités (M à V)

AUTOUR DE RENE CHAR
15 formats raisin (50cmx65cm), techniques mixtes sur papier inspirés des poèmes de René Char.
"C’est un travail graphique et coloré, fenêtre ouverte sur l’imaginaire et la rêverie, un espace pictural, paysage sensible, où se mêlent textures, transparences, superpositions, fragmentations, rythmes linéaires.
Des bribes de textes en phonétique se mêlent aux visuels : interprétation de la nature, traduction d’un espace épuré éclaboussé de soleil.
J’utilise la ligne pure, le collage, le pochoir : traces qui saisissent l’instant de la parole poétique, le langage de l’émotion." Joôelle Patoux.

----------------

Installation photographique et sonore

Installation photographique et sonore

COURT-CIRCUIT :
Le projet s’articule autour des sens de la vue et de l’ouïe.
Le concept est une exposition traditionnelle habillée par un fond sonore.
L’atelier met ainsi en scène la série « XYZ », une variation graphique autour du pylône électrique, accompagnée d’une bande son restituant le bruit de grésillement caractéristique émit par les lignes à haute tension, couramment appelé « effet couronne ».
L’œuvre propose une contextualisation du thème visuelle par une immersion sonore cohérente, proposant ainsi au spectateur une expérience inhabituelle à travers une poésie visuelle singulière et  insoupçonnée.
Note technique.
Pour la réalisation de cet atelier les éléments dont je dispose sont :
Un système son basique pour la diffusion.
Eléments papier pour présentation dans l’espace d’exposition :
Supports de présentation thématique A3 sur carton plume.
4/6 Tirages papier collés sur aluminium et montés sur châssis bois : format 60x90cm - 40x60cm. (Cf.Eléments_XYZ_Grand format)
10/12 Tirages papier + cadre standard format carré : 20x20cm – 30x30cm. (Cf.Eléments_XYZ_Petit format).
Abstaites et naratives, ses compositions graphiques s'inscrivent aunsi dans une tradition futuriste et constructiviste, où se mêlent formes géométriques simples et lignes sculpturales.Une esthétique propre à travers laquelle l'artiste glorifie, malgré lui, le monde moderne et la civilisation urbaine.

----------------

terreenfusion

terreenfusion

" Depuis très longtemps, j’ai toujours collectionné les roches, cailloux, mousses ou autres éléments ayant un lien avec la géologie. J’ai toujours été fasciné par leurs aspects, leurs matières et la diversité de ces éléments.
Aujourd’hui, encore, je m’intéresse d’autant plus à la rouille, dans tous ses états. Ce monde fantastique de couleurs et de matières infini.
Aucune ne se ressemble : taches, traits, points, couches, strates, coulures... Ma quête personnelle est de les collecter.
En un sens, ma production s’inspire de certains de ces aspects.
Je mélange différentes terres et éléments céramiques. Ce sont pièces uniques, chacune d’entre elle raconte une histoire. A force d’expérimentations, j’essaie de me rapprocher de mon but, de retrouver certaines matières et couleurs.
C’est une production que seul le four peut révéler.
La chaleur est telle que la terre tombe en fusion et se transforme à l’infini. Tel un magma, en tension, contenu dans un volcan, créant sur sa route différentes formes et matières.
J'aime créer un doute. Qu'elle est cette matière? Est ce organique ?
C'est un travail de fusion, de tension.
Ce sont des pièces uniques, des expérimentations.
Entre la roche et la rouille.
Ce sont des strates, des plaques tectoniques... superposées ou entremêlées.
J'attends que la pression et la chaleur fassent effet.
Seulement avec la terre." Perrine Rousseau.

----------------

2016 - 2) Artistes invités (M à V)

"J'entretiens un rapport sensoriel avec la nature et avec les phénomènes visuels qu’elle nous offre. Le bois, la terre, la pierre, toutes ces matières stimulent mon imagination.
Dans cet état d'esprit, je guette les marques du temps, des traces parfois insignifiantes, parfois plus conséquentes avec le privilège de leur donner un sens. Le végétal est si souvent imprévisible.
C'est avec la pâte à papier que j'ai choisi de m'exprimer. J'aime ces qualités tactiles et visuelles qui se démarquent d'une référence unique et me permet de travailler aussi bien en deux ou trois dimensions.
Je l'obtiens en recyclant de la fibre textile de lin ou de coton, réputée pour sa solidité et sa capacité à franchir le temps.
Ces dernières années mes pièces d'inspiration minérale oscillent entre la norme et le rejet comme le sol qui lui aussi est issu de la déségrégation des éléments physiques et chimiques qui l'entourent.
Dans ce cycle, mon travail se structure et porte un autre regard sur notre environnement." Tatiana Rozenblat.

----------------

2016 - 2) Artistes invités (M à V)

A l l i e r l a l u m i è r e
à l a c h a i r m i n é r a l e d u p i g m e n t .
F o n d r e l e m o u v e m e n t
d a n s l ' i m m o b i l e
e t o f f r i r l e s e n s à l a m a t i è r e
c o m m e u n e c o n j u r a t i o n . . .
T h i e r r y M a r c

----------------

2016 - 2) Artistes invités (M à V)

" Antoni, abre la puerta de su imaginación y fluyen a raudales los colores del inconsciente que toman vida al estrellarse en el lienzo, todo un festival de belleza toma vida y nos da la posibilidad de ver el mundo en forma de colores. Un caleidoscopio mágico forma el teatro de la vida y emborracha de felicidad a su creador
Esto veo en sus cuadros
Al deslizarse el pincel con trazo firme, esta escribiendo toda la poesía que brota de su interior en forma de imágenes, las letras, silabas, palabras, puntos y comas se trasforman en colores trascribiendo la realidad que sus ojos interpretan.
Una realidad vista por sus sentidos y trasformada por un corazón, que ayudado por la imaginación toma vida en sus cuadros para el deleite de todos.
Suerte tiene el que tiene algo que decir y lo dice, y tanta o más suerte tiene, el que en su momento puede ver en esas pinturas aquello que más le gusta ver.
Poder colgar en las paredes de tu casa el grito de imaginación y un trocito de la vida de un artista es un lujo que en ocasiones no sabemos valorar. Dar vida al muro que compone nuestra morada y poder disfrutar día a día con sus mensajes, de su luz del trocito de vida que lleva dentro es algo que si lo mirásemos tiene un valor incalculable, pero lo triste es que en una sociedad que ha abandonado lo espiritual para apostar por lo material, el fondo mas intimo de una pintura son pocos los capacitados para entenderlo
Por el bien de la sensibilidad y por tu propio bien, continua escribiendo poesía con tus pinceles."
David Bartolomé.

----------------

2016 - 2) Artistes invités (M à V)

" Tiffany Vailier est constamment et par tous les moyens, à la recherche d’ « instants de grâce » et de singularité, dans le quotidien sans fard, ou au sein de nos propres perceptions et de nos histoires intimes.
Véritable instant cadré, l’ordinaire populaire devient vénérable. L’humain dans toute sa trivialité devient spécimen et personnage, au service de l’expressivité, de la composition et de la ligne.
A partir de ses croquis, pris sur le vif, les œuvres de Tiffany représentent tout naturellement au départ des scènes vécues : café, plage, train, salle d’attente, etc.
Mais fascinée par les interactions entre les spécimens et éprouvant le besoin de réfléchir avec plus de profondeur sur les sensations qui l’habitent, l’artiste a fait évoluer son travail vers une narration plus intime et expressive, qu’elle a pu tout d’abord explorer avec son travail de gravure.
Ainsi, ce travail présente les réalisations spécifiquement liées à « l’intime ». Ces recherches lui permettent non seulement d’exprimer ses sensations par rapport aux individus en interaction, au couple, mais aussi de s’accaparer la thématique ancestrale de la scène de toilette, en l’inscrivant dans un temps contemporain pour en jouer, en se concentrant par exemple sur le modèle masculin, ou au contraire en abusant la figure féminine, la trivialité plutôt que la poésie de la salle d’eau, en lui insufflant un regard très personnel et caustique, à l’expressivité farouche, saisissante et/ou singulièrement à la limite de la sacralité.
Plastiquement il y a aussi le rythme des différents formats, du tout petit au grand format, qui invite à varier l’écriture et introduit différentes sensations au regardeur."

----------------

2016 - 2) Artistes invités (M à V)

" Pour les trois disciplines : chimie, peinture et poésie, je ne me pose aucune question.  Il suffit de faire les choses. Mettre des molécules ensemble, mettre les couleurs ensemble, mettre des mots ensemble pour conduire à de nouvelles créations.

Du point de vue des techniques utilisées,  je travaille  sur des supports très variés : toile, toile libre, tissu, carton, papier contrecollé, carnet de papier, affiche arrachée, bois, plexiglass, polycarbonate, verre. Pour ce qui est des couleurs : acrylique, gouache, aquarelle, encre de Chine, encre Colorex, feuilles de papier métallique, poudres dorée et argentée, colle, crayon, fusain, marker. J’effectue des collages de toutes tailles.
Les styles et les sujets des travaux sont très variés, on peut dire sans limites, allant de ‘l’abstrait au figuratif’ et dépendent du support, des couleurs utilisées, du moment, du lieu. Je m’inspire de la lecture de revues de mode, de peintures, du street art, du cinéma, de la BD, de la télévision, d’expositions.
Les gens souvent disent de mes tableaux : ‘C’est de l’abstrait qui représente quelque chose’." Jacques Vicens.

----------------

2016 - 2) Artistes invités (M à V)

ONIRIQUES - EXPLORATION URBAINE
" Les endroits à forte atmosphère m’attirent, les lieux abandonnés par l’homme mais où son empreinte reste comme prise dans le ciment des murs encore debout. J’aime imaginer ce qu’il s’y est passé ou m’inventer des histoires fantasmagoriques. Avec mon appareil photo, j’essaye de rendre à ces endroits oubliés un peu de leur beauté évaporée.
A ces fenêtres cassées, à ces murs démolis par le temps ou par le passage de quelques rodeurs, redonner le temps d’un regard une image poétique d’un lieu tombé dans l’oubli.
Je deviens magicienne, je métamorphose ces murs décatis en toile vierge où la « recréation » est possible. Eux, qui jadis étaient là pour nous mettre à l’abri, ne sont aujourd’hui qu’un souvenir d’une époque révolue et, en tendant bien l’oreille on peut parfois les entendre nous susurrer leur histoire, tandis que les inscriptions et les graphs qui ornent ces briques tremblantes m’en racontent d’autres….bien différentes.
Les murs me parlent !
La nature reprend ses droits, grignote les parois de béton et doucement fais disparaître ce que l’homme a laissé en pâture aux ouvrages du temps." Audrey Vidal.

----------------

Rédigé par Artz.Eus

Repost 0